SULLIVAN (L. H.)

SULLIVAN (L. H.)
SULLIVAN (L. H.)

SULLIVAN LOUIS HENRY (1856-1924)

À lire les historiens de l’architecture, le nom de Sullivan (qui a pourtant peu construit) sonne comme l’emblème d’origine de la modernité architecturale américaine. Faut-il souscrire à ce jugement?

Sullivan fait ses études au Massachusetts Institute of Technology (1870-1873) et à l’École des beaux-arts de Paris (1874-1878). À Chicago, il suivra les cours de William Le Baron Jenney. En 1879 il entre au bureau de Dankmar Adler, remarquable ingénieur, et deux ans plus tard devient son associé. Les premiers buildings de Sullivan (et Adler) sont visiblement inspirés de Richardson (style néo-roman italien) et n’offrent pas de grandes innovations. Même l’Auditorium Building à Chicago, qui le fait connaître (c’est un travail gigantesque qui prendra quatre ans, de 1886 à 1889), n’a rien du purisme rationaliste qui intéressera dans son œuvre les architectes du XXe siècle: le bâtiment n’est pas très élevé, l’extérieur (sobre et néo-roman) est radicalement opposé à l’intérieur (débauche d’ornements) qui participe de l’Art nouveau. Les premiers grands travaux de Sullivan reprennent en le radicalisant le principe de Jenney: ils avouent plus nettement l’ossature de métal (ils annoncent le mur-rideau, bien que les fenêtres soient encore en retrait par rapport aux poutres métalliques porteuses) et leur verticalité en fait les premiers gratte-ciel. Du Wainwright Building de Saint-Louis (1890-1891) au Guarantee Trust Building de Buffalo (1894-1895), la construction gagne en légèreté: les éléments porteurs sont plus fins et moins enrobés; il y a moins de «remplissage» inutile. C’est ce principe d’économie qui incite Sullivan à réviser sa conception outrancière de l’utilisation de l’ornement: «Ce serait tout à fait pour notre bien, du point de vue esthétique, si nous renoncions complètement, pendant quelques années, à utiliser l’ornement, de manière à ce que notre pensée puisse se concentrer sur la construction de bâtiments [...] plaisants dans leur nudité», écrit-il en 1892 dans un article repris dans son célèbre Kindengarten Chats (1901). De fait, la façade du Gage Building de Chicago (1898-1899) qui lui avait été commandée par les architectes William Holabird et Martin Roche, est une étape vers la simplicité: espacement des éléments porteurs et larges bandes continues de fenêtres. Cependant, Sullivan n’a pas pu s’empêcher de décorer le rez-de-chaussée d’une frise très découpée et l’entrée d’un tympan byzantin. Malgré sa rigueur (son purisme), le fameux Carson Building n’échappe pas à cette nostalgie: le magasin Carson, Pirie and Scott, le bâtiment le plus connu et le plus moderne de toute l’œuvre de Sullivan, a été construit en plusieurs étapes, de 1899 à 1906. La façade, conçue pour donner un maximum de lumière et percée de centaines de fenêtres utilisées comme modules, l’intérieur constitué d’étages continus, la finesse des éléments porteurs en font un bâtiment résolument novateur dont l’allure n’est contrebalancée que par la stupide tour d’angle arrondie imposée par les propriétaires du grand magasin. Malheureusement, lorsque le bâtiment fut terminé on le considéra comme «démodé» et Sullivan allait être de moins en moins sollicité (il mourra pauvre et isolé): le style demandé alors, néo-Renaissance et néo-gothique de prestige (Hunt, par exemple), fit écrire à Le Corbusier: «Écoutons les conseils des ingénieurs américains. Mais craignons les «architectes» américains.»

Après avoir visité l’Exposition internationale de Chicago pour laquelle il avait construit un bâtiment, Sullivan écrivit en 1893: «C’est ainsi qu’on a tué l’architecture au pays de la liberté, dans un pays qui se targue d’être une démocratie, d’avoir de l’imagination, de posséder un esprit d’entreprise et une audace sans pareils, dans un pays qui croit marcher vers le progrès. Voilà quelle est l’œuvre de l’académisme blafard qui nie la réalité , exalte la fiction, le mensonge . Le dommage causé par l’Exposition internationale sera encore sensible dans un demi-siècle, et peut-être même plus longtemps encore.» Sullivan avait raison, et il faudra attendre l’éveil de son élève F. L. Wright pour que l’architecture américaine connaisse un nouvel essor.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Поможем сделать НИР

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sullivan — may refer to:PeopleIn fictional characters: * Chloe Sullivan, a fictional character from the television series Smallville * Colin Sullivan, a fictional character from the motion picture The Departed * Harry Sullivan, a fictional character from… …   Wikipedia

  • Sullivan — steht für: Sullivan (Familienname), der Familienname Sullivan Sullivan (Band), eine Musikband Sullivan ist der Name folgender Orte: Sullivan (British Columbia) Sullivan (Illinois) Sullivan (Indiana) Sullivan (Maine) Sullivan (Michigan) Sullivan… …   Deutsch Wikipedia

  • Sullivan — puede ser el apellido de: Arthur Sullivan (1842 1900), compositor inglés. Louis Sullivan (1856 1924), arquitecto estadounidense. Hermanos Sullivan, cinco hermanos que murieron en la Segunda Guerra Mundial a causa del hundimiento del USS Juneau.… …   Wikipedia Español

  • Sullivan — Sullivan, WI U.S. village in Wisconsin Population (2000): 688 Housing Units (2000): 321 Land area (2000): 1.120187 sq. miles (2.901271 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.120187 sq. miles (2.901271 …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Sullivan — Sullivan, Arthur Seymour Sullivan, Louis Henry * * * (as used in expressions) Sullivan, Ed(ward Vincent) Sullivan, Harry Stack Sullivan, John L(awrence) Sullivan, Louis H(enry) Sullivan, Sir Arthur (Seymour) …   Enciclopedia Universal

  • Sullivan —   [ sʌlɪvən],    1) Sir (seit 1883) Arthur Seymour, englischer Komponist, * London 13. 5. 1842, ✝ ebenda 22. 11. 1900; war Dirigent und Lehrer (Schüler u. a. E. d Albert) und 1876 81 Direktor der National Training School of Music in London. Er… …   Universal-Lexikon

  • Sullivan — Sullivan, John L. (1858 1918), a US ↑boxer who was the last world heavyweight champion to have fought without wearing ↑gloves. However, he wore special gloves when he lost his title to James J. Corbett in 1892. He was called the Boston Strong Boy …   Dictionary of contemporary English

  • Sullivan, IL — U.S. city in Illinois Population (2000): 4326 Housing Units (2000): 1945 Land area (2000): 2.039138 sq. miles (5.281342 sq. km) Water area (2000): 0.004158 sq. miles (0.010770 sq. km) Total area (2000): 2.043296 sq. miles (5.292112 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Sullivan, IN — U.S. city in Indiana Population (2000): 4617 Housing Units (2000): 2264 Land area (2000): 1.915656 sq. miles (4.961526 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.915656 sq. miles (4.961526 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Sullivan, MO — U.S. city in Missouri Population (2000): 6351 Housing Units (2000): 2775 Land area (2000): 7.666371 sq. miles (19.855809 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 7.666371 sq. miles (19.855809 sq. km) FIPS …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”